La BD : l’art idéal pour créer un univers de science-fiction




La science-fiction et ses dérivés (heroic fantasy, fantastique…) c’est une affaire sérieuse ! Le public attend de ce genre des voyages dans l’espace, des vaisseaux, des extra-terrestres… Bref de l’évasion, du voyage, la découverte de nouveaux mondes, de nouveaux mode de vie… Un spectacle dépaysant, qui nous renvois comme un miroir à notre propre civilisation. Pour répondre à ces attentes, la Bande-dessinée est l’art le mieux placé pour créer un univers unique. Regardons pourquoi…

 

 1. La science-fiction s’exprime mieux dans les arts visuels

En matière de science-fiction, le public veut en prendre pleins les yeux ! De fait, le cinéma et la bande-dessinée sont des arts visuels parfaitement adaptés au genre. Cela ne veut pas dire que la SF ne compte pas de grands romans. Bien au contraire, au hasard : Dune, 1984, Fahrenheit 451, le Meilleur des Mondes,… Pourtant à bien y regarder, les romans SF qui touchent le plus le public sont ceux qui abordent le futur sur des aspects organisationnels et des romans d’anticipation (Ravage, 1984, Fahrenheit 451…). Les aspects spectaculaires de la science-fiction passent moins bien dans les romans. Non pour une bataille dans l’espace, rien de mieux qu’un écran de cinéma… ou de grandes cases de BD !

 

 

2. La structure de la bande-dessinée met en valeur la science-fiction

Les scènes d’exposition – indispensables pour décrire et plonger le public dans un monde inconnu –  sont décisives dans un récit de science-fiction. Prenez les premières images d’Akira ou plus récemment YIU. Deux BD cultes d’anticipation qui s’appuient sur des visions d’apocalypse pour tisser leurs récits. Les deux œuvres débutent par d’impressionnants dessins en double page qui expriment l’ampleur des destructions sur Terre. Seule la BD est capable de jouer avec le cadre et marquer ainsi les esprits ! Les plans spectaculaires et très visuels y sont sublimés. La bande-dessinée peut jouer avec la taille de ses cadres, zoomer sur des détails,etc. C’est un média magique pour mettre l’accent sur le côté atypique d’un monde.

 

 3. La BD permet à l’imagination de s’exprimer pleinement…

Un crayon, une gomme, une plume, de la peinture.. au pire une palette graphique. Voila ce que vous coutera une bande-dessinée ! Et encore certains ne se sont contentés que de la gomme et du crayon (Aux médianes de Cymbiola) ! Il suffit juste de laisser libre cours à votre imagination pour créer et montrer ce qui n’a jamais vu avant. Les univers foisonnant d’Akira ou de L’Incal sont quelques exemples de ce que l’on peut créer sans être limité par les aspects techniques ou budgétaire. Les Cités Obscures de Schuiten & Peeters sont par exemple remplis de mondes retro-futuristes ou l’architecture des immeubles est travaillée dans les moindres détails pour le plus grand bonheur des lecteurs.

 

 4. …et ça coute pas cher

Depuis l’avènement du numérique dans les années 90, il est possible de tout reproduire à l’écran. Grace à des réalisateurs visionnaires comme James Cameron, il est possible de créer des mondes comme Pandora dans Avatar et rendre les limites entre les images réelles et numériques de plus en plus floues. Mais si la bande-dessinée ne coûte rien, le cinéma lui peut vite devenir un gouffre financier. Prenez le prochain Luc Besson : Valerian (tiens l’adaptation d’une BD). Rien de moins que le plus gros budget de l’Histoire pour un film français (190 millions de dollars). De quoi acheter des milliers de crayons et de gommes.

 

5. La BD influence majeure de tous les récits SF récents

La très grande majorité des films de science-fiction de ces 40 dernières années sont inspirés de la bande-dessinée et de leurs auteurs visionnaires.  Comme Alejandro Jodorowsky le rappelle dans l’excellent documentaire qui lui est consacré Jodorowsky’s Dune, ce dernier avait développé un scenario très élaboré pour adapter le roman Dune avec l’aide de dessinateurs de BD de renom comme Moebius ou Gigger. Le film ne s’est jamais fait mais l’essentiel des maquettes a été récupéré dans Alien, Star Wars, Blade Runner ou Prometheus. George Lucas s’est aussi fortement inspiré de Valerian notamment pour créer le faucon millenium. Que dire du 5eme Élément, largement inspiré de l’univers de Mézières et Moebius. Ces derniers ont même participé à la conception artistique du film. Enfin difficile de ne pas parler de bande-dessinée de science-fiction sans parler de Marvel… Depuis 2000 et l’adaptation de Spiderman, les succès d’adaptation de son univers remportent un succès colossal.

 

A vous de jouer

La bande-dessinée est un laboratoire où chaque jour de nouveaux univers fantastiques sont proposés au public, influençant les autres arts. Et vous, voyez-vous d’autres œuvres artistiques – roman ou ciné – SF inspirés par la BD?




 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *